accueil > Les conseils du coach > Nos conseils avant de s’engager dans un crédit

Nos conseils avant de s’engager dans un crédit

Nos conseils avant de s’engager dans un crédit

Au cours de votre vie, on vous proposera souvent d’assouvir vos désirs et projets les plus fous par le biais d’un crédit à la consommation … souvent assorti d’une offre éphémère et immanquable. Vous êtes tenté, vous y réfléchissez, vous vous renseignez, comparez via les comparateurs, … mais que faire ? Y aller ? C’est risqué ?

 La meilleure chose à faire est sans doute de continuer à lire cet article qui vous permettra de prendre la meilleure décision ou de suivre la vidéo de notre Coach. Voici une liste de critères qui va vous permettre d'identifier quel emprunteur vous êtes et prendre la meilleure décision.

Est-ce un crédit d'absolue nécessité ?

Vous n’avez pas le choix. Vous avez besoin d’argent pour payer des études, des frais d’université à l’étranger, les vôtres ou ceux de vos enfants. Vous devez isoler votre maison qui ne retient plus l’humidité et le froid, vous devez acheter une moto ou une voiture pour aller jusqu’au job que vous venez de décrocher, vous devez payer des frais médicaux importants… La liste est aussi longue et inattendue qu’une vie.

L’avantage de ce critère est qu’il présente une décision facile à prendre. Il s’agit ici d’un investissement qu’il est nécessaire de réaliser.

Si vous avez bien identifié la manière dont vous pouvez rembourser sans vous mettre en difficulté, alors comparez les offres et souscrivez à la meilleure offre sans remords.

Pour vous aider à bien gérer votre crédit n'hésitez à pas à lire également notre article "Comment piloter son crédit à la consommation?".

Est-ce un crédit d’altruisme ?

C’est le  cas de conscience le plus difficile à résoudre dans le domaine du crédit. Vous ne souhaitez pas assouvir un désir qui vous est propre, mais à faire plaisir à quelqu’un qui vous est cher sans en avoir les moyens dans l’immédiat.

Les exemples sont infinis, emmener vos enfants en vacances, offrir un bijou à votre fiancée pour cette fameuse demande, payer votre mariage et offrir une journée mémorable, jouer les pères Noël trop généreux dans votre famille nombreuse,  ou aider un proche dans une situation difficile, …

Ceci est dans le cas présent non plus un investissement, mais une dépense sur laquelle vous n’aurez aucun retour financier et ne trouverez rien en retour sinon l’inestimable gratitude de la part de la personne qui reçoit.

Notre conseil est alors de céder à cette envie ou cette folie uniquement si vous avez pris le temps d’estimer votre capacité de remboursement, mais surtout si vous pensez que cette dépense est parfaitement exceptionnelle et ne devrait pas se reproduire dans les mois à venir.

Le risque sur ce critère n’est pas sur le premier crédit, mais sur le second ou le troisième crédit que vous risquez d’enchainer. C’est souvent l’accumulation de crédits qui crée des situations compliquées.

Est-ce un crédit d'auto-récompense ?

Quoi de plus légitime ? Vous travaillez, vous épargnez, vous commencez à rêver. Les établissements financiers vous indiquent que vous pouvez déjà prétendre à des biens ou des loisirs dès maintenant, alors que vous pensiez devoir épargner encore plusieurs mois. Alors ça y est, vous pouvez commencer à envisager des vacances à New-York ou Bali, vous pouvez pousser la porte d’une concession de scooter, vous pouvez tester les derniers smartphones, vous pouvez, vous pouvez, …

Nous sommes ici dans le critère le plus classique. Les établissements bancaires vous proposent simplement de gagner du temps en échange du paiement mensuel d’intérêts.

Dans ce cas précis, ne foncez pas … tout de suite. Prenez le temps de réfléchir. Identifiez d’abord le montant des échéances, car c’est ce que vous aurez en moins pour vous faire plaisir au quotidien. Voyez loin et pas seulement à l'échéance du projet, mais à l’échéance des intérêts. Un voyage dure deux semaines, trois semaines, un mois mais les échéances durent plusieurs année.

Est-ce un crédit de petit complément ?

La vision est grande, le projet est immense. Vous avez emprunté pour l’achat de votre maison et avez bien évidemment inclus tous les travaux. Tous ? Non … vous avez vu un peu juste et il manque encore la rénovation complète de la salle de bain.

Est-ce qu’il faut emprunter pour des travaux complémentaires ?

Notre avis est simple. Vous avez déjà un emprunt immobilier, vous avez déjà fait beaucoup de travaux qui vous ont déjà donné toute satisfaction. Nous vous conseillons dans ce cas de prendre le temps d’épargner. Vous pourrez vous rassurer sur votre capacité à rembourser votre crédit immobilier.

Est-ce un crédit de la facilité ?

Vous avez remarqué que vos revenus ne couvraient pas toujours vos dépenses quotidiennes. Vous avez alors observé des « impasses de trésorerie » ce qui engendré des « agios ». Si la situation a eu tendance à se renouveler, votre banquier vous a peut-être proposé un « crédit revolving ». ou "crédit renouvelable".

Ce type de crédit est de plus en plus répandu. Simple à utiliser, c'est une ligne de crédit à utiliser quand vous le souhaitez, avec un montant maximal d’utilisation. Il ne vous coûte rien si vous ne vous en servez pas (si ce n’est d’éventuels frais de gestion). Ce crédit présente l’avantage d’être remboursé très facilement puisqu’il n’y a pas de pénalités en cas de remboursement anticipé.

Ceci est plutôt rassurant lorsque l’on a peu d’argent sur son compte courant et pas d’épargne, car en cas d'imprévu, vous avez la capacité de payer à tout moment, sans appeler votre agence, de jour comme de nuit.

Le danger est que la réponse à un évènement ponctuel peut très vite se transformer en une utilisation continue d’un crédit dont le taux d’intérêt est fort.

Nous vous conseillons donc d’y souscrire si vous pouvez avoir des besoins de trésorerie faibles et ponctuels, qui le cas échéant vous emmèneraient à des situations de découvert. Mais soyez toujours vigilant. Le plus mauvais réflexe serait d’utiliser la réserve maximale pour des besoins inconsidérés et de ne jamais parvenir à la rembourser. Vous paierez alors des intérêts importants, serez dans l’incapacité de faire face à des évènements inattendus, et serez peut-être même à nouveau à découvert et ... aurez diminué votre capacité d’endettement.

Quel est emprunteur êtes-vous ?

Alors, quel emprunteur être vous ? 1 ? 2 ? 3 ? 4 ? 5 ? Si vous arrivez à vous situer, vous aller pouvoir emprunter (ou pas) en connaissance de cause. Si vous vous lancez dans un emprunt, nous vous proposons d’utiliser notre comparateur de crédit.

Dans tous les cas, vous pouvez nous faire part de vos réactions sur notre page Facebook ou sur Twitter, ou tout simplement en utilisant notre formulaire de contact.

Auteur : Edouard Baroin

Prenez le contrôle de votre crédit !